Tales of Berseria

Suivre

Tales of Berseria Aperçu

Tales of Berseria

C’est à l’occasion du Tales of Festival 2015, la grande messe japonaise réunissant chaque année les inconditionnels de la série, qu’a été dévoilé le nom du prochain Tales of. Bien entendu, ce n’est pour nous qu’une confirmation puisque le nom Tales of Berseria avait déjà « fuité » via le dépôt de marques de la part de Bandai Namco Entertainment.

Cette année, la conférence du Tales of Festival n’a pas été retransmise en direct sur Nico Nico Video (très compréhensible vue la situation tendue sur l’archipel pour la série depuis la sortie de Tales of Zestiria, nous en reparlerons plus bas). Les informations nous arrivent donc au compte-goutte et le trailer dévoilé n’est pas encore disponible sur Internet ; néanmoins, voilà ce que nous savons actuellement :

Titre : Tales of Berseria (テイルズオブベルセリア, teiruzu obu beruseria) Plateforme : PlayStation 4, PlayStation 3

Personnage principal : Velvet (ベルベット, berubetto), une fille Doubleuse japonaise : Rina Satō (Kiseki, To aru…) Character design : Mutsumi Inomata

Velvet a de longs cheveux noirs et est principalement habillée de noir et de rouge. C’est la première fois qu’un épisode de la série a un personnage principal féminin (et indépendant d’un personnage masculin). Elle ressemble beaucoup à une pirate.

Voilà la citation qui apparaît sur les images montrées de Velvet : 「あたしはあきらめない。何度だって、あいつらに喰らいついてやる」

Traduction : Je n’abandonnerai pas. Même si je dois essayer encore et encore, je réussirai à les buter.

Tales of Berseria

Studio d’animation : ufotable

Tout d’abord, le fait que la grande annonce du Tales of Festival ne soit pas, comme beaucoup s’y attendaient, un portage PlayStation 4 de Tales of Zestiria (dans une version potentiellement enfin terminée) est un grand soulagement. C’est une excellente chose que Bandai Namco sache tourner la page de la misère Tales of Zestiria. Rappelons-le, le jeu sorti en janvier bâclé sur quasiment tous les points a subi un lynchage sans précédent de la part du public japonais se sentant trahi par des promesses non respectées et une qualité brouillon rendant le titre parfois injouable. (Les 100€ de costumes DLC disponibles à la sortie du jeu alors que quasiment aucun n’est accessible gratuitement in-game ont aussi fait grincer des dents, surtout quand des Japonais payent 25€ de DLC pour Alisha avant de comprendre qu’elle n’est finalement jouable que 20% du jeu.) Aucune mention de Tales of Zestiria n’a d’ailleurs été faite sur scène.

On s’attendait tous à ce que le jeu soit disponible sur PS4, mais un peu moins à ce qu’il soit également annoncé sur PS3, surtout qu’il ne sortira pas avant l’année 2016. On espère de tout cœur qu’il ne s’agira pas d’un jeu PS3 lissé sur PS4 mais plutôt l’inverse, un jeu PS4 downgradé pour la PS3. Cela dit, quand on regarde la qualité graphique de Tales of Zestiria en retard de huit ans sur son temps, on a de quoi être pessimiste.

C’est la première fois qu’un épisode principal de la série a pour personnage principal uniquement une fille. Milla était très importante dans le cas de Tales of Xillia puisque le jeu proposait le « choix » du héros en début de partie, mais restait incluse dans le duo Jude-Milla dont le véritable héros était bien entendu Jude. Ici, on attend bien évidemment l’annonce d’un garçon faisant figure de héros, mais il semblerait que Velvet soit décidément la plus importante : elle apparaît d’ailleurs carrément sur le logo du jeu.

Avoir directement une héroïne annoncée fait doucement sourire. On se rappelle bien du cas Alisha qui, annoncée, comme héroïne de Tales of Zestiria et au centre de toutes les campagnes promotionnelles, n’était finalement plus qu’un PNJ de temps en temps jouable qu’autre chose (la vraie héroïne du jeu étant bien sûr Rose). Cette fois, Bandai Namco semblerait ne pas vouloir laisser place à l’ambiguïté. Sur la toile, on évoque déjà la similitude avec Lighting de Final Fantasy XIII : indéniablement et tout comme les FF, la série Tales of change de recette et cherche à séduire davantage son public. Sauf que oui, mais au Japon, le public de la série Tales of, c’est une énorme majorité de filles. Ce n’est pas pour rien si le grand duo de Tales of Zestiria est avant tout Sorey-Mikleo et si bien qu’étant un homme, Mikleo est pour beaucoup la véritable héroïne du jeu. On espère que ce public féminin sera tout autant enthousiasmé par une héroïne fille que par la bromance excitante de Sorey & Mikleo (tout comme l’étaient déjà celles entre Yuri & Flynn et Ludger & Julius).

Sur le site officiel de Tales of Berseria on remarque que le copyright en bas de page évoque également Kōsuke Fujishima (l’un des deux character designers principaux de la série ayant travaillé sur Phantasia, Symphonia, Abyss, Vesperia). Cela signifierait donc qu’encore une fois, les personnages du jeu seront distribués aux deux illustrateurs Inomata et Fujishima ? Tout comme dans Xillia et Zestiria ?

A mon sens, ça commence à bien faire. Oui, mélanger les styles pour le Tales of 15ème anniversaire (Xillia), c’est marrant une fois. Ok, le faire une seconde fois en mettant carrément quatre designs différents pour les 20 ans (Zestiria), c’est cool même si ça rend la cohérence des traits entre personnages carrément bizarre. Mais poursuivre indéfiniment sur ce même schéma, ça devient carrément lourd. Il est important qu’un jeu vidéo ait visuellement une certaine homogénéité au sein de ses héros, ça a toujours été le cas dans la série Tales of, et je pense que c’est prioritaire sur l’aspect « trop cool festival de designs faites péter les confettis ! » C’était déjà le cas avec Xillia, mais quand on regarde la jaquette de Tales of Zestiria, on se dit clairement que quelque chose cloche, un peu comme s’il s’agissait d’un all-star plutôt que d’un seul et unique épisode.
Premier fanart de Velvet

En se penchant davantage sur les traits de Velvet, on remarque plusieurs choses. Déjà, on est très clairement dans du style Inomata au niveau de l’anatomie, des yeux, des cheveux, etc., c’est indéniable. Ensuite, les habits font beaucoup penser à Rutee (héroïne de Tales of Destiny) ainsi qu’à Milla (héroïne de Tales of Xillia). Rien d’étonnant, puisque les deux demoiselles sont également créées du crayon de notre même illustratrice. Les cheveux longs renvoient d’ailleurs bel et bien à Milla. (Ok, sur le fanart ci-contre, on dirait carrément Creed Graphite.) Autre supposition amusante, certains remarquent déjà la similitude entre le visage de Velvet et celui qui naitrait de la fusion entre ceux de Jude et Milla. Velvet, fille de Jude et Milla ? Pitié, non, pas de Tales of Xillia 3.

Velvet ressemble clairement à une pirate. L’un des points communs les plus récurrents dans l’univers de la série Tales of est la légende du grand pirate Aifread. Ancêtre de Chat dans Eternia, réincarné en Patty dans Vesperia ou même rencontré en chair et en os dans Symphonia, il ne cesse de faire parler de lui à tous les étages (on doit par exemple trouver tous ses trésors en forme de prismes dans Xillia, souvenez-vous). A mon sens, Tales of Berseria pourrait être une nouvelle manière d’exploiter, ou même carrément d’étoffer, la légende d’Aifread. Et c’est tant mieux, car on adore jusque-là ce bonhomme !

Allez, soyons fou : vous voyez les couleurs rouge et noir dominantes sur Velvet ? Ca me fait penser à Chat, la Célestienne descendante d’Aifred de Tales of Eternia. Ok, alors ce serait juste génial que Tales of Berseria soit une suite de Tales of Eternia (de près ou de loin comme Phantasia l’est avec Symphonia) ! Eternia est le premier épisode de la série à avoir atteint une dimension carrément immense (diffusion d’un anime accompagnant la sortie du jeu, édition collector PS1 de dingue, décliné en MMORPG, etc.), et énormément de fan attendent de le voir revenir sur le devant de la scène, pourquoi pas en édition HD lissé ! Et puis zut, ça expliquerait aussi pourquoi on a une peluche de Quickie vendue contre toute attente en tant que goodies à ce même Tales of Festival !…

Ce qui serait cool aussi, c’est que Bandai Namco finisse enfin de raconter l’histoire de QQ (Innocence R) et de Galando (ou Gall, Hearts R), très clairement liés dans une vidéo à la toute fin de Tales of Hearts R. On veut savoir qui ils sont et d’où ils viennent bon sang, et aussi qui est ce Kongwai qui paraît si méchant à la fin de Innocence R ! On ignore si leurs chemins se seraient tous réunis dans Tempest R (qui viendra un jour peut-être, prions !) ou bien s’il se serait agi d’un nouvel opus englobant tout ce beau monde… Peut-être Tales of Berseria ? Le côté très dénudé et en lambeau des habits de Velvet rappelle un peu QQ. Qui sait ?…

Bref ! Les autres bonnes nouvelles, c’est que le nom de Hideo Baba est totalement absent de la vidéo qui a été présentée lors du Tales of Festival, et ça, ça sonne comme une merveilleuse nouvelle pour tous les fans de la série qui trouvent que depuis qu’il occupe le poste de directeur des opérations, tout va mal. Au Japon, une haine envers Hideo Baba est née depuis la polémique Tales of Zestiria, renforcée par ses récentes interventions très maladroites après des mois de silence. (« Désolé, merci à tous de s’être inquiété pour moi ! » > polémique, les gens ne s’inquiètent pas pour lui mais pour la série > « Désolé, merci à tous de s’inquiéter pour la série !… » Bref.) Des pétitions circulent sur le web demandant la démission du monsieur. Quoiqu’il en soit, le fait que son nom soit absent et qu’il n’ait pas non plus fait d’entrée sur scène alors que c’est d’habitude précisément le cas semble logique et est à mon sens synonyme d’un nouvel espoir pour la série. (L’annonce de Tales of Berseria a été assurée par les doubleurs de Zélos (Symphonia) et de Pascal (Graces), présentateurs officiels du Tales of Festival 2015.)

Graphiquement et pour le peu qu’on en a vu, Tales of Berseria reprend la modélisation de Tales of Xillia et de Tales of Zestiria (plus ou moins née sur Nintendo Wii avec Tales of Graces). Bref, un style qui est loin de mettre tout le monde d’accord et qui souffre énormément de la comparaison avec le cel-shading très soigné et coloré de Tales of Vesperia considéré par beaucoup comme inégalé au sein de la série. Attendons d’en voir plus, donc, mais gardons bien à l’esprit qu’un trailer peut mentir : Tales of Zestiria est en jeu plus laid que les premiers trailers ne se plaisaient à le montrer, sans parler de l’aliasing et des problèmes d’affichage des éléments du décor omniprésents tout au long de l’aventure.

Concernant le studio d’animation choisi pour illustrer Tales of Berseria en cinématique, aucune surprise : depuis son excellent travail sur Tales of Symphonia The Animation, le studio japonais ufotable a pris la relai sur Production I.G. et s’occupe désormais des opus de la série, ayant commencé avec Tales of Xillia. Ont donc suivi Tales of Xillia 2 et Tales of Zestiria qui jouissent d’une animation exemplaire, notamment au niveau des décors et des jeux de lumière (en revanche, le chara design original en prend un coup, surtout concernant les visages qui sont un peu déformés).

Attendons donc d’en savoir plus ! Le Tales of Festival 2015 dure jusqu’à demain.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée.Les champs requis sont marqués *

Vous pouvez utiliser des balises HTML pour enrichir votre commentaire : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Mot de passe oublié

Aller à la barre d’outils