[Test] FIFA 15

FIFA 15 arrive sur consoles avec finalement peu d’évolutions cette année

FIFA 15

Des changements notables ?

Pour cette cuvée annuelle, on ne sera pas surpris que FIFA 15 reprenne les bases de son prédécesseur. L’éditeur a surtout focaliser ses efforts sur l’immersion et a ajouté de nombreuses animations afin de rendre le jeu plus réaliste, d’un point de vue visuel essentiellement. Le mode Jeux Techniques permettra une fois encore de découvrir les nouveautés en étant pris par la main à travers des modules particulièrement exhaustifs (heureusement d’ailleurs, les contrôles manuels demandant un peu d’entraînement avant d’être maîtrisé). Le système de défense à distance répond une fois encore présent, et lorsque cette action est activée, votre joueur suit ainsi son adversaire direct comme son ombre. Côté contenu, on dénombre évidemment toujours la base de données des joueurs impressionnante, avec les formations nationales, les équipes italiennes, espagnoles, française, brésiliennes (mais plus le championnat de ce pays), anglaises, etc. Les menus ont beaucoup évolué, présentant désormais un affichage en tuiles plus ergonomiques qu’auparavant, et il est possible d’enregistrer six formations complètes pour s’adapter plus rapidement à son prochain adversaire.

Les modes de jeux comprennent toujours les matches amicaux, la carrière, les saisons en Club le Compétition, la saison Coop, les ligues ou encore moult défis. Il est de bon ton d’ajouter que tout cela est classique, tout simplement parce que ces modes sont pour la plupart présents dans les anciens jeux FIFA. Le mode Carrière affiche un système de recrutement plus poussé, faisant la part belle au managérial, et permettant de fixer des critères dans la recherche d’un joueur. Le mode Ultimate Team évolue aussi et se pare de nouvelles options (prêts de joueurs, équipes concepts, Saison Amicale en 1v1). Quant à la compatibilité avec le PlayStation Move, elle n’apporte hélas pas grand chose au jeu.

Une réalisation stagnante

Sur le plan technique, FIFA 15 n’apporte pas beaucoup d’évolutions depuis son prédécesseur. Les développeurs sont semblent-il à bout des capacités des consoles de l’ancienne génération. Néanmoins, les stades sont vivants, le banc de touche est très présent, bref on se croirait en plein match de foot. Le tout est accompagné d’animations fluides et détaillées, et l’on a surprise à découvrir de nouvelles situations, notamment dans les transitions grâce à une amélioration de l’Impact Engine, destinées à renforcer l’immersion. Les gardiens disposent également de nouveaux mouvements afin de les rendre plus efficaces sur le terrain … sauf que d’étranges bugs touchent le gameplay et rendent l’intelligence artificielle des goals parfois erratiques. Néanmoins, FIFA 15 apporte aussi une touche d’arcade qui n’était pas présente ces dernières années. Une conséquence des déplacements beaucoup plus nerveux des joueurs. La jouabilité demeure très accessible, et les amateurs de la série devraient rapidement retrouver leurs marques, même si le jeu oblige à jouer avec les sticks analogiques, le pavé directionnel n’étant pas géré.

Les supporters sont très efficaces et les footballeurs communiquent en temps réel sur le terrain. Les commentaires eux sont toujours assurés par un duo de Canal +, Franck Sauzée et Hervé Matoux, et collent bien à l’action, mais leurs répliques n’ont pas vraiment évolué depuis l’année dernière. Coté durée de vie le jeu est plutôt complet avec de nombreuses ligues, championnats, et devrait donc une nouvelle séduire les amateurs de la série, Le mode en ligne est toujours jouable à 11 contre 11, ce qui promet des affrontements épiques sur le réseau. Le mode Saison 1 vs 1 permet de participer à dix championnats virtuels et d’essayer de grimper en division supérieure.

FIFA 15

VERDICT – FIFA 15 s’avère beaucoup plus conservateur qu’on aurait pu l’espérer. Les nouveautés sont en effet bien peu nombreuses, exceptée la présence d’animations supplémentaires et quelques nouvelles équipes. En revanche, le fait d’avoir hausser la vitesse de déplacement apporte une touche d’arcade que certains joueurs risquent de regretter.

7

Pas mal !

Lythande, la conceptrice du site: son histoire commence grâce à Marion Bradley Zimmer et Game Republic. Experte du secteur des jeux vidéo, elle a écrit pour les magazines les plus importants de l’Italie, tels que Game Republic, PS Mania et Pokémon Mania. @LythandeLister

Commenter avec FB

Mot de passe oublié

Aller à la barre d’outils