[Test] Far Cry 5

Far Cry débarque aux États-Unis. Bienvenue à Hope County, une ville qui abrite un culte de fanatiques survivalistes : Le Projet Eden’s Gate.

 

Bienvenue à Hope County

Far Cry 5 ArtworkDéveloppé par Ubisoft Montréal, Far Cry 5 vous envoie à Hope County, un comté fictif du Montana (États-Unis). La ville abrite un culte fanatique appelé Projet d’Eden’s Gate, dirigé par le prophète Joseph Seed et prêchant la fin du monde. Vous incarnez un shérif junior dont l’objectif est de former la résistance afin de libérer les habitants pris au piège par les Messagers. Votre arrivée pousse les fanatiques à prendre le contrôle de la région par la force. Contrairement aux épisodes précédents, vous n’incarnez pas un héros prédéfini, il est ici possible de créer son personnage, et pour la première fois depuis Far Cry 2, le protagoniste ne parle pas. Hope County est un territoire beaucoup plus vaste qu’il n’y paraît à première vue, et la ville est divisée en trois secteurs, chacun contrôlé par un des membres de la famille Seed. Libre à vous de choisir par où commencer, soit de jouer avec la furtivité, soit y aller comme un rustre et foncer sur les ennemis. Quelques défis sont également proposés par les habitants, et il est possible de se déplacer sur les pistes en voitures, un peu n’importe où avec les quads, dans les airs avec l’aéronef bien sur sur l’eau avec des embarcations. La progression est bien entendu ponctuée de nombreuses cinématiques (entièrement doublées en français), où l’on découvre des protagonistes loin d’être sans zones d’ombre.

L’une des grandes nouveautés de Far Cry 5 est qu’il est possible de recruter des soldats à votre cause et ceux-ci vont vous aider tant et aussi longtemps que vous le souhaitez. Les armes ne manquent pas dans Far Cry 5 et elles ne s’enrayent jamais. On pourra d’ailleurs les modifier afin de les rendre plus performante ou discrète, mais aussi acquérir de nouveaux véhicules (essentiellement avions et voitures). Assurément, on peut aussi améliorer les caractéristiques du héros avec l’expérience acquise durant la campagne. Les missions principales sont très variées, malgré la grande quantité de contenu qui s’y trouve, les missions secondaires se répètent quant à elles beaucoup (les tours radios sont heureusement beaucoup moins présentes). Outre les soldats ennemis, Hope City comporte une biodiversité assez variée (ours, aigle, chien, élan, vache) et les animaux ont tendance à vous attaquer à la moindre occasion. Il est néanmoins possible de dévier leur attention en lançant des appâts dans une direction opposée à la votre … mais aussi de rallier certains d’entre eux à votre cause pour lutter contre la secte. Il sera possible de faire évoluer votre relation en les soignant ou en récoltant de la nourriture. Vous pourrez même utiliser votre familier pour attaquer du gibier ou un ennemi un peu trop pressant. A l’instar d’un Assassin’s Creed, vous pourrez également dépouiller les ennemis et les animaux pour fabriquer des objets additionnels. Votre avatar pourra ainsi s’intéresser aux plantes, dont les vertus médicinales ne sont plus à prouver. La mécanique de Far Cry reste intacte malgré les années.




Une réalisation technique de toute beauté

Far Cry 5Bien que tournant toujours sur la version 2.0 du moteur graphique Dunia (utilisé depuis Far Cry 3), ce nouvel épisode offre pourtant une réalisation technique de toute beauté. La profondeur de champ est élégamment rendue, les cycles jours/nuit bien gérés, et les conditions climatiques très crédibles. L’étendue de la zone de jeu et sa relative vivacité force le respect, mais certains regretteront sans doute le trop grand nombre d’ennemis. Il y en a absolument partout, que ce soit dans les bois ou sur les routes, bien qu’ils ne posent pas un grand problème. L’animation demeure assez fluide sur consoles, malgré quelques ralentissements notables, et l’intelligence artificielle a clairement gagné en crédibilité. Les protagonistes réagissent en fonction de vos actions, et on ne vit jamais les mêmes évènements similaires de la même manière. Vos alliés sont très puissants, aussi, il arrive que vous pussiez accomplir certaines missions s’en sortir votre arme. Si quelques soucis d’interface se font sentir (en particulier pour gérer l’inventaire), la jouabilité de Far Cry 5 reste très arcade, et se maîtrise en quelques secondes. PS4 oblige, il est bien sur possible de jouer sur PS Vita via la fonctionnalité Remote Play, et l’ensemble demeure très agréable. Sur PS4 Pro, on profite d’une résolution en 1620p (contre 2160p sur Xbox One X).

La campagne solo est relativement longue et les activités secondaires s’avèrent très prenantes. De quoi y passer environ 40 heures de jeu (dont la moitié pour l’histoire principale). Le multijoueurs absent dans Far Cry Primal est cette fois de retour. Il est possible d’effectuer la campagne à deux simultanément, ce qui simplifie certains passages faisant usage de tactique mais rend au contraire les phases d’avion très frustrantes pour le deuxième joueur. Le mode Far Cry Arcade comporte un éditeur de cartes que vous pourrez partager avec la communauté. À vous de choisir quel est l’objectif de la carte ou au contraire d’expérimenter les compositions d’autres joueurs. Évidemment, vous pouvez également affronter d’autres joueurs en multijoueurs si vous désirez augmenter le niveau de difficulté. Côté son enfin, la bande son proposée est de très grande qualité, avec des musiques bien choisies, un doublage très travaillé et des bruitages immersifs. On signalera toutefois quelques problèmes de mixage sonore avec certaines personnages qui semblent murmurer alors que la musique est quant à elle très forte.

Le verdict de Gamespeed

Far Cry 5 ne révolutionne pas la série mais s’appuie sur les solides bases de ses prédécesseurs pour nous livrer un FPS soigné et particulièrement dynamique. Le système de progression a été mis au goût du jour, l’aspect multijoueurs n’a pas été oublié, permettant de vivre la campagne en coopération mais aussi de profiter d’un éditeur de cartes appréciable, tandis que la réalisation technique marque une progression sensible en particulier sur PS4 Pro. On passera ainsi beaucoup de temps sur les routes du Montana avant d’assister à un épilogue pour le moins surprenant et qui risque de générer beaucoup de réactions …

8

Très bon jeu

Lythande, la conceptrice du site: son histoire commence grâce à Marion Bradley Zimmer et Game Republic. Experte du secteur des jeux vidéo, elle a écrit pour les magazines les plus importants de l’Italie, tels que Game Republic, PS Mania et Pokémon Mania. @LythandeLister

Commenter avec FB

Mot de passe oublié

Aller à la barre d’outils